Ignoré du grand public pendant longtemps, le jeûne tend à être connu et pratiqué par de plus en plus de personnes, grâce aux différents livres et études publiés ces dernières années. Très populaire en Allemagne, Suisse et dans les pays scandinaves, les français s’y intéressent de plus en plus.

Qu’est-ce que le jeûne ?
Tout le monde le sait, jeûner c’est s’abstenir de manger toute nourriture avec maintien ou non de la consommation d’eau. De nombreuses personnes pensent qu’il leur serait impossible de sauter un repas, de se priver de nourriture. Mais pas du tout, il y a 2 choses à bien comprendre.

1. D’abord, nous sommes fait, nous humains, comme les animaux, pour jeûner, pour vivre sur nos réserves. Pendant longtemps, cela était une nécessité et de ce fait a été inscrit dans notre patrimoine génétique. Aujourd’hui, dans notre société de surconsommation et d’abondance, nous ne nous sentons plus concerné et mangeons au-delà de notre faim. Mais notre corps à garder en mémoire cet état possible, notre évolution nous a destiné à résister au manque. Il est donc compréhensible que notre corps rencontre des difficultés et désordres lorsqu’il ne jeûne pas et qu’il n’est pas soumis à cet effort, à ce défi. Chez une personne de poids normal, les réserves corporelles permettent de jeûner jusqu’à 40 jours.

2. Quand on jeûne, de notre pleine volonté, on n’a pas faim. Et c’est ça le plus épatant. Alors oui, on peut avoir des « envies », des fringales, mais si on se concentre bien sur soi et qu’on analyse la chose, alors on se rend compte que l’on n’a pas vraiment faim, que l’estomac ne nous réclame rien, qu’il est bien comme ça. En fait, c’est notre habitude qui se manifeste (surtout aux heures des repas) ou nos envies de sucre, de salé. Mais en réalité, on n’a pas faim.

Et ainsi nous pouvons dire que notre corps est constitué de deux grands programmes :

- Programme 1 : manger : la nourriture et l’énergie sont prises sur l’extérieur
- Programme 2 : jeûner : la nourriture et l’énergie sont prises sur l’intérieur.

Le passage de l’un à l’autre des programmes se fait normalement de lui-même, mais il est plus facile en s’y préparant et en le décidant. Je ne développerai pas plus, mais le cerveau a un grand pouvoir d’intention et de décision.


Quand nous somme sur le programme 1 et que nous « sautons » un repas, notre corps et surtout notre estomac crie famine à renfort de grands gargouillis, brûlures d’estomac et j’en passe. En fait c’est parce qu’ils s’étaient préparés à recevoir de la nourriture et ont, pour ce fait, sécrété salive et sucs gastriques. Et d’un simple signal, la faim se transforme en un état désagréable où la nourriture devient une obsession.
Mais quand nous sommes sur le programme 2, notre corps « sait » qu’il n’y aura pas d’apport externe et il « sait » parfaitement qu’il doit aller chercher l’énergie et les nutriments là où il les a stockés. L’importance de la préparation tant physique (repas précédents légers) que psychologique est ici essentielle. Chacun a la possibilité et la faculté de se mettre sur le programme jeûne. Les premières fois sont assez difficiles, mais il faut s’y exercer et une fois habitué, l’organisme passe d’un programme à l’autre beaucoup plus rapidement et aisément.


Il existe différentes formes de jeûne

- Le jeûne hydrique : seule l’eau est autorisée
- Le jeune sec : sans nourriture ni eau
- Le jeûne dit « Buchinger » qui consiste à jeûner avec tisanes, jus et bouillons de légumes
- Le jeune intermittent : plusieurs formes également :
o le 5/2 : consiste à manger normal pendant 5 jours de la semaine et 2 jours consécutifs ou non en ne mangeant que 500 cal max.
o le 16/8 : jeûner pendant 16 h chaque jour, par exemple prendre le repas le soir à 20h et ne manger que le lendemain vers midi
o jeûner 1 jour sur 2
o … Certaines études récentes démontrent que l’on peut obtenir la plupart des avantages de la restriction calorique sévère par le jeûne intermittent.
Ce que nous pouvons attendre du jeûne ? Pourquoi jeûner ?
En arrêtant de manger, nous mettons au repos notre corps et lui épargnons la lourde tâche de la digestion (environ 30% de notre énergie quotidienne). Cela permet donc à notre corps de prendre du temps rien que pour lui. Il pourra ainsi se nettoyer en profondeur et éliminer les toxines accumulées.
De plus, en allant chercher les éléments essentiels pour fournir l’énergie nécessaire, il va aller, entre autre, déstocker les graisses qui nous sont si déplaisantes. On en arrive donc à notre

1er point : le jeûne permet la perte de poids. En effet, il s’agit du moyen le plus rapide, le plus agréable et le moins dangereux de perdre les kilos superflus. De plus, le jeûne permet de corriger cette surabondance de nourriture et va aider à normaliser nos niveaux de grelline qui est l’hormone de la faim. En moyenne, les femmes perdent entre 200 à 500g par jour, les hommes un peu plus.

2ème point, le jeûne va améliorer nos performances, que ce soit physique, intellectuelles, artistiques… En effet, lors du jeûne, le métabolisme évite la perte d’énergie due au travail digestif, ce qui permet la mobilisation de toutes les forces physiques. De nombreux artistes ont créé leurs plus belles œuvres durant une période de jeûne.

Enfin, 3ème point, pour reprendre le DR Heinz Fahrner « Le jeûne est la stimulation la plus puissante des forces d’auto guérison de l’être humain, autant physique que psychiques » Voici donc une liste non exhaustive des effets bénéfiques du jeûne sur le corps humain :
- Normalisation des paramètres sanguins : taux de triglycérides, cholestérol, taux de glucose, de l’insuline ==>Fort potentiel dans le traitement du diabète
- Renforcement du phénomène d’autophagie par la destruction (autodigestion) des protéines endommagées ou trop vieilles du corps qui encombre nos cellules
- Amélioration de la fluidité du sang
- Mise au repos du tube digestif, normalisation de la flore intestinale et donc réduction des phénomènes inflammatoires (allergies, asthme, maladies chroniques du tractus gastro-intestinal, arthrite…) ==>Aide à combattre les maladies chroniques, réduit le risque de cancer
- Normalisation de la tension artérielle, du pouls, diminution du stress et réinitialisation neuro-hormonales ==> réduit le risque de maladies cardiovasculaires
- Protège le système nerveux des dégénérescences (maladie de Parkinson, Alzheimer …) et provoque la régénération du système nerveux
- Contribue au ralentissement du processus de vieillissement par la production accrue d’HGH (Hormone de croissance humaine)

Je ne rentrerai pas plus dans les détails et arrête là ma liste, mais pour résumer, le jeûne permet la perte de poids, la réparation cellulaire de l’ensemble du corps, améliorant ainsi la longévité, la qualité de vie et améliorant la vitalité. Il permet en outre d’harmoniser les fonctions psychiques, de retrouver le calme et l’esprit positif s’il est réalisé hors du contexte habituel routinier.

Quasiment tout le monde peut jeûner, mais comme de partout il existe quand même quelques contre-indications, notamment il sera à éviter pour les femmes enceintes et allaitantes, les personnes souffrant d’insuffisance hépatique ou rénale avancé, d’anorexie, d’artériosclérose cérébrale avancée.
Pour les personnes ayant des dépendances (alcool, TOC, drogues …), des ulcères d’estomac, du duodénum, des affections coronaires, du diabète de type 1, des psychoses, cancer, en cours de dépression, il est indispensable d’être suivi médicalement par des professionnel durant un jeûne thérapeutique en clinique.

Le jeûne est donc ouvert à tous cependant certaines règles sont à respecter avant de commencer et surtout lors de la reprise alimentaire. Ainsi, il faudra reprendre une alimentation de façon très progressive et éventuellement modifier ses habitudes alimentaires si l’on veut conserver les bénéfices apportés pendant le jeûne.

Pour résumer, nous pouvons donc dire que le jeûne c’est :

- Un mode de vie prescrit par la nature,
- Vivre sur les réserves de nourriture de l’organisme
- Pour l’organisme vivre en autarcie sur une alimentation interne et pour un large part en se dirigeant soi même
- Un comportement d’homme indépendant, capable de se décider librement
- Un choix fait en pleine conscience
- La meilleure façon de rester en forme ou de la retrouver.

Les apports de la réflexologie pendant le jeune

En synergie avec le jeûne, les thérapies de soutient (réflexologie, massages, phytothérapie, acupuncture, hydrothérapie, yoga …) peuvent accomplir des miracles thérapeutiques. Je ne parlerai que de la réflexologie même s’il est évident que des manœuvres d’acupressions, des exercices de Qi Gong permettent de renforcer le travail réalisé.
La réflexologie va agir à plusieurs niveaux : sur le bien être d’une part, sur le drainage des émonctoires d’autre part et enfin sur les petits maux consécutifs au jeûne.
L’état de jeûne amène déjà la personne à se sentir bien, détendu, à prendre du temps pour elle et lâcher prise du quotidien. Le jeûneur va avoir le temps de se recentrer et de s’écouter. Afin de l’accompagner dans ce sentiment de bien-être, un soin relaxant, tout en rondeur et en douceur est tout à fait adapté.
La réflexologie va avoir un impact important voire essentiel dans le drainage des émonctoires. Il est indispensable de les stimuler afin d’aider le corps dans le processus d’élimination des déchets et toxines que le jeûne va déloger profondément. Pour rappel, les émonctoires sont au nombre de cinq : le foie, les intestins, la peau, les reins et les poumons.
Grâce à différents protocoles (digestif, urinaire, respiratoire, lymphatique) centrés sur les systèmes et organes des émonctoires, le drainage du corps va être facilité et l’élimination des toxines renforcées.
La réflexologie, avec surtout les points spéciaux et points des méridiens, pour venir en aide au jeûneur lors des migraines et céphalées qui peuvent se produire lors du jeûne. L’absorption de médicament étant fortement déconseillé, la stimulation de quelques points sera un soulagement pour le jeûneur. Il en sera de même pour les maux de ventre et nausées qui peuvent survenir.

Conclusion

Pour conclure, nous pouvons dire que jeûner n’est pas un effet de mode mais une pratique ancestrale : les hommes préhistoriques jeûnaient par nécessité, Hippocrate le recommandait, Galien et Avicenne le prescrivaient. Jeûner est une nécessité pour nous, notre corps et notre esprit. Avec la démocratisation des informations sur internet, le développement des cures de jeûnes en tout genre et l’ouverture des soins de médecines complémentaires, le jeûne n’a jamais été aussi facile d’accès et accompagné. Il ne vous reste plus qu’à sauter le pas et tenter cette expérience afin de découvrir toutes ces merveilleuses sensations et ses bienfaits.

Rédigé par Anaïs Beuzeboc
Praticienne en Réflexologie
Promotion 2017

I.    Définition de l’anxiété

L’anxiété  vient du mot anxieux, du latin anxiosis, anxietas (syn. : angoisses, craintes, inquiétudes).
L’anxiété est une émotion souvent ressentie comme désagréable qui correspond à l’attente plus ou moins consciente d’un danger ou d’un problème à venir. Elle peut cependant prendre un caractère excessif et pathologique dans différentes situations : on parlera alors de troubles anxieux. Se dit de quelqu’un ou de sa conduite qui éprouve ou qui manifeste un sentiment de grande inquiétude, dû à l’attente ou à l’incertitude.

A. les troubles liés à l’anxiété

Les sujets souffrant de troubles anxieux sont envahis par ce sentiment d'inconfort ou de peur secondaire à une anticipation excessive d'éventuelles difficultés avant même que les problèmes ne soient survenus, ou avant même que le sujet ait repéré précisément ce qu’il redoute.
Non traité la confiance de la personne, son estime se dégradent, la sensation de l’échec s’accumule, plus les symptômes s’installent ils évoluent sur des angoisses plus soutenues, qui peuvent entrainer à des troubles psychosomatiques.
 

B. Les symptômes d’un trouble anxieux

On considère que les personnes atteintes d’un trouble anxieux ont un terrain physiologique et psychologique favorable. On peut noter que l’éducation, l’environnement personnel et professionnel accroissent les symptômes du trouble anxieux ; ils sont à la fois physiques, comportementaux et émotionnels, citons quelques exemples, comme des :

•    Difficultés de concentration et des troubles de mémoire
•    Tensions musculaires et spasmes
•    Nausées ou des diarrhées
•    Crises d’angoisse ou de panique
•    Insomnies etc.
 

II. L’apaisement apporté par la réflexologie, le cas clinique :


La réflexologie Plantaire est un traitement efficace permettant à la personne de ressentir un relâchement immédiat.

A. L’apaisement

Elle permet de ressentir une légèreté qui, au fur et à mesure des séances, s’installera avec la sensation de défaire un nœud dans la respiration.

Apaisée, la personne se sentira plus sûr d’elle, plus confiante, elle regagnera un meilleur sommeil et favorisera de réelles modifications.

Ces changements sont induis à raison d’une séance par semaine (de 6 à 10 séances).
 

B. Le cas clinique


Une jeune femme de 28 ans présentant un trouble anxieux avec : Problème de sommeil, surpoids modéré,  crises de boulimie, irritabilité, douleurs musculaires, spasmes abdominaux, douleurs dorsales et cervicales, maux de tête, respiration courte, elle doute en permanence, se sent souvent agitée et en manque d’énergie.


Le traitement réflexologique à répartir sur 6 à 10 séances :

•    Mouvements de détente environ 5 minutes :


Travailler avec la pulpe du pouce en chenille en ligne horizontale ou verticale selon la zone, pivot et appuis circulaires.

A chaque séance, revenir plusieurs fois sur la zone du diaphragme, hypophyse et épiphyse et insister sur les zones douloureuses en adaptant la pression.

Ligne du diaphragme, colonne Vertébrale, système lymphatique, nerveux, endocrinien, digestif, ostéo-musculaire, cardio-vasculaire, respiratoire, génital et urinaire.

 

•    Points spéciaux au stylet: 1 à 2 par séance en fonction des besoins de la personne : Tête, calme le sommeil, estomac, foie, rate, rein, vessie, système génital.



Points Spéciaux de Réflexologie Plantaire dans le traitement de l'anxiété
 

•    Points méridiens à renforcer ou en dispersion selon l’orientation du soin : (1 à 2 par séance en fonction des besoins de la personne.)


-1Rn-3Rn
-4Rte-6Rte-9Rte
-36E
-2F-3F
-39Vb
-67V-40V

Points des méridiens en Reflexologie dans le traitement de l'anxiété

Points des méridiens en réflexologie dans le traitement du trouble anxieux

Dans les 5 jours qui suivent la première séance, on notera l’apparition de règles sans douleurs pendant 2 jours ainsi qu’une poussée d’acné importante qui s’estompera au bout de 8 jours (ces manifestations sont une réaction d’élimination du corps très favorable).

La zone du diaphragme, reins, vessie, petit et grand bassin, périnée, hanche ainsi que le contour des malléoles sont douloureuses lors de la première séance.

Les séances suivantes laisseront apparaitre un travail plus facile sur les mêmes zones. Ces dernières  sont de moins en moins douloureuses, on notera aussi que les tissus sont de plus en plus souples, allant même jusqu’à la disparation totale de certaines callosités (au niveau du talon, face interne/externe).
 

•    Ressentis de la personne


La personne perçoit déjà sur son état général un bénéfice significatif avec une nette amélioration du sommeil.

Après chaque soin, cette dernière a manifesté plus de bien-être, d’envies, de motivation et a senti un réel déverrouillage, par cela il faut entendre.

Une prise de conscience accompagne cette phase libératrice qui se manifeste par de nouvelles envies et notamment de prendre soin d’elle et de son corps ce qui dans le cas présent se manifestera par l’engagement d’un coach sportif, suivi d’un régime alimentaire.

La personne a perdu 15 kilos en l’espace de 3 mois et se sent libérée.
 

•    Conseils & praticité

Eviter le stress, adopter une hygiène de vie adaptée, l’activité physique régulière a un effet antidépresseur et anti-anxiété qui permet de booster votre moral et de lutter contre les pensées négatives.

La relaxation ou méditation, grâce à  ses propriétés apaisantes, se révèlent particulièrement utiles pour les personnes anxieuses.

En consacrant quelques minutes par jour à une simple prise de conscience sur le moment présent, en portant votre attention sur la respiration, vous éviterez ainsi les divagations de votre esprit et laisserez donc moins de place aux angoisses quotidiennes qui peuvent devenir obsédantes.

On incitera la personne à pratiquer une activité telle que la musique, la peinture, le théâtre ou toute autre activité permettant d’adopter un moment pour soi.

Enfin, une hygiène du sommeil est nécessaire et indispensable,  il convient de préconiser 8 heures de sommeil par jour.

 

Rédigé par Eric Raciti
Praticien en Réflexologie Plantaire
Promotion 2017

462 avenue de la République
83000 Toulon
Tel. 0683917809
eric-raciti.fr

 

 

La rétention d’eau est une accumulation excessive de liquide dans l’organisme ou une partie de l’organisme (souvent les membres inférieurs)..
L’organisme tente continuellement de faire l’équilibre entre les liquides que nous perdons (dans les urines, les selles, par la transpiration) et ceux que nous consommons (eau de boissons et eau contenue dans les aliments eux-mêmes). Cet ajustement très fin est assuré notamment par les reins.
La rétention d’eau se produit lorsque l’organisme emmagasine plus d’eau qu’il n’en élimine. La dilatation des vaisseaux sanguins favorise l’œdème, car l’eau quitte les vaisseaux pour aller dans les tissus. A cause du phénomène de la gravité, la rétention d’eau est plus apparente aux chevilles et aux pieds. C’est pourquoi les chevilles et les pieds sont plus enflés en fin de journée que le matin.
Il en découle un inconfort mais aussi une silhouette peu flatteuse avec une difficulté de perdre du poids.
Ces symptômes se retrouvent très souvent l’été, la chaleur favorisant les gonflements.
La réflexologie apporte des soulagements rapidement en quelques séances, le résultat peut être même visible en fin de séance, l’œdème s’est réduit, la sensation de jambes lourdes s’est envolée.
Nous pouvons utiliser La réflexologie plantaire et agir sur ces symptômes et l’abordant de deux manières
En travaillant le système lymphatique et immunitaire
En travaillant la Rate
Définition du Système Lymphatique
Le système lymphatique est l’un des éléments les plus importants du système immunitaire. Il protège l'organisme contre les maladies et les infections. Il se compose d’une série de petits vaisseaux, les vaisseaux lymphatiques. Ceux-ci sont reliés à tous les organes et contiennent la lymphe, un liquide qui transporte les lymphocytes dans l’organisme.

FONCTIONNEMENT

Tout le corps, sauf le cerveau, dispose de réseaux de vaisseaux lymphatiques parallèles aux veines. En circulant dans les tissus intercellulaires, la lymphe se charge en déchets de l’activité des cellules. Le passage dans les ganglions permet de l’épurer. Ensuite la lymphe circule jusqu’au cœur pour y rejoindre la circulation sanguine par le canal thoracique.
La circulation de la lymphe résulte des mouvements du corps, des contractions des muscles, des contractions des fibres lisses des parois des vaisseaux lymphatiques, En effet, aucun organe n’a de rôle de pompe comme cela peut-être le cas du cœur pour la circulation sanguine. Son transport est donc beaucoup plus lent que celui du sang et la pression dans les vaisseaux lymphatiques relativement faible.

LA LYMPHE

La lymphe est un liquide jaunâtre de composition analogue à celle du plasma sanguin ;
Elle contient beaucoup d’eau, des protéines, des graisses qui ont été absorbées dans le tube digestif et des éléments permettant la défense de l’organisme : des globules blancs, notamment des lymphocytes.
Dans le réseau complexe de vaisseaux lymphatiques, on trouve des groupes de petits organes en forme de haricots appelés « ganglions lymphatiques ». On retrouve des centaines de ganglions lymphatiques presque partout dans l’organisme, notamment au niveau du coude, de l’aine, du cou et de l’aisselle. Le rôle des ganglions lymphatiques est d’assurer continuellement la filtration naturelle des liquides de l’organisme et d’assurer la fabrication des lymphocytes. Ils participent à la défense spécifique immunitaire en permettant également la mise en contact entre lymphocytes et antigènes des corps étrangers, microbes, bactéries,
Indépendamment de toutes les maladies liées au mauvais fonctionnement du système immunitaire, Sur le système nerveux et musculaire, notamment, d’une manière indirecte, un mauvais fonctionnement de la circulation lymphatique causera Rétention d’eau dans les cellules (cellulites) voire des œdèmes et des problèmes circulatoires : lourdeurs et gonflement dans les jambes.

LA RATE

Il est un ganglion qui possède un rôle essentiel dans l'immunité, notamment l'immunité cellulaire, c’est la RATE elle fait ainsi partie des organes lymphoïdes secondaires.
Elle intervient tout particulièrement dans le contrôle des infections à bactéries en particulier les pneumocoques et les méningocoques
En médecine chinoise

La Rate se trouve dans l’abdomen au Foyer Médian. Elle est la source de la production et de la transformation du Qi et du sang. On dit qu’elle est le fondement du ciel postérieur. Elle renferme le YI, la pensée.
La rate gouverne la transformation et le transport des liquides organiques. Si la Rate ne parvient pas à transporter et à transformer l'eau elle conduira à diverses modifications pathologiques. Si l'eau s'accumule à l'intérieur du corps, elle se transformera en mucosité, si elle est retenue dans la peau et les muscles, elle produit un gonflement (œdème), si la rétention d'eau est dans les intestins, elle causera de la diarrhée; s'il elle est dans la cavité abdominale, il en résultera une accumulation de fluide grave (ascite). Il est dit : « ... toutes sortes de maladies causées par l'humidité avec des gonflements et de la plénitude appartiennent à la rate… » Comme les fonctions de transport et de transformation des nutriments essentiels ainsi que l'eau sont intimement liés, leurs manifestations pathologiques accompagnent souvent les uns des autres. Les aliments affaiblissant la rate auront pour conséquence d’accumuler de l’humidité.
La réflexologie va permettre de stimuler la circulation de la lymphe, détoxiquer l’organisme et renforcer le système immunitaire. Renforcer la rate, disperser les liquides, atténuer les œdèmes, enfin de manière générale protéger l’organisme des invasions virales et maladies


Le CAS

Troubles physiques

Une femme âgée de 52 ans, présente tous les symptômes de rétention d’eau, jambes lourdes enfin de journée, voire douloureuses, chevilles très enflées mollets durs, prise de poids, troubles digestifs. Endométriose. Pré-ménopause.
Elle travaille assise devant son écran une grande partie de la journée.
Troubles émotionnels
Elle ressasse un problème survenu, il y a deux ans et qui n’est visiblement pas réglé, ceci pèse sur sa vie quotidienne, lui procure inquiétudes et colère.

LE TRAITEMENT

La première séance

1. Protocole de relaxation assez intensif (afin de détendre la personne, la mettre en confiance, la connecter, par les pieds, à tout son corps) la sensation de relâchement est presque immédiate.
2. Le protocole du diaphragme
3. Le protocole du système lymphatique et immunitaire en agissant sur la circulation lymphatique cela va aider le corps à disperser l’eau
4. Le protocole urinaire afin de permettre une bonne élimination des déchets dans les liquides
5. LE 1 REIN TONIFICATION

Les bienfaits se font vite ressentir, dès le lendemain, elle a passé une très bonne nuit, se sent légère, des fourmillements et picotements le long des jambes lui font dire qu’elle a la sensation que l’énergie circule enfin.


La seconde séance

1. Protocole de relaxation
2. Protocole lymphatique avec insistance sur la rate.
3. Protocole urinaire
4. Travail sur le méridien de la rate :

    3RTE TONIFICATION
    6RTE DISPERSION REUNION DES TROIS YIN
    LE 1 REIN TONIFICATION
    LE POINT 2 CHEVILLE

TRAITEMENT EN ALTERNANCE SUR 5 A 6 SEANCES


RESULTATS PHYSIQUES
Chevilles nettement mois gonflées le soir, mollets plus souple


RESULTATS EMMOTIONNELS

Prise de conscience de la nuisance sur sa santé à ressasser, détente et raisonnement ;
Retour de l’envie de prendre soin de son corps en adoptant une meilleure hygiène de vie


CONSEILS

Ce qui affaiblit la circulation lymphatique est surtout le manque d’activités
Il est donc important d’avoir une activité physique relativement importante pour faciliter la circulation lymphatique, rétablir une bonne immunité, retrouver une dynamique par le mouvement.

Ce qui fatigue principalement la rate est le fait :
De manger trop d’aliments amenant beaucoup d’humidité comme les plats industriels, la charcuterie, le lait, tout ce qui est cuit dans le gras, les fritures…
De manger froid trop souvent
De boire froid trop souvent
De boire trop d’alcool
De manger cru (crudités, salades…) au lieu de cuit
De manger des aliments sucrés trop fréquemment
De boire des boissons sucrées trop fréquemment
De boire une très grande quantité de liquide alors que le corps n’en a pas besoin
De manger peu ou pas du tout au petit déjeuner
De prendre un petit déjeuné sucré au lieu de salé
De prendre ses repas tard le soir
De manger beaucoup lors du dîner
De manger à des heures irrégulières


Conclusion

En fait le système lymphatique ayant pour principale action, la production, la transformation et le transport des cellules immunitaires, nous pouvons aisément conclure qu’il a une fonction primordiale pour la santé.
Son mauvais fonctionnement, d’une manière directe ou indirecte, aura de nombreuses répercutions sur l’organisme humain.

La médecine chinoise semble avoir devancé de quelques siècles l’expression « Ne nous mettons pas la rate au court bouillon ! » Drôle d’expression à mettre en parallèle avec les mauvais traitements qu’on peut infliger à son propre corps lorsqu’on se fait du souci ! .

Il nous est sans cesse préconiser de faire du sport pour garder la ligne !
Pour éviter le stress, pour s’oxygéner, se tonifier, mais très rarement pour bénéficier d’une bonne circulation lymphatique qui activerait sainement notre système immunitaire ?
Lobbying pharmaceutique oblige …je suppose.

De plus j’aime masser et ce protocole en réflexologie plantaire nécessite des pressions des massages des chenilles, je le trouve très agréable à pratiquer et très agréable à recevoir.
La sensation de bien-être est immédiate, les jambes sont légères et les patients se sentent vivifiés.

De plus j’envisage peut-être de m’installer en Guadeloupe, la population présente un fort taux de personnes obèses, atteinte de diabète et de sérieux problème circulatoire. Le climat étant chaud et humide, il y a fort à faire avec la RATE ET LA LYMPHE.

Rédigé par Muriel Garcia
Praticienne en Réflexologie Zu Dan
Institut Chun Promotion 2017
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Qu’est ce que la sonothérapie ?

La sonothérapie, c’est l’utilisation des sons et des vibrations dans une visée thérapeutique.
Sans avoir déjà reçu une séance de sonothérapie, chacun d’entre vous a certainement déjà expérimenté les effets des sons au travers, ne serait-ce que de la musique…
Certaines musiques nous apportent une détente profonde, d’autres stimulent, donnent envie de bouger, de sauter ou de danser, d’autres encore peuvent provoquer l’émergence d’émotions plus ou moins intenses : larmes, joie, frissons…

Depuis la nuit des temps, les hommes utilisent des rituels de soins avec les sons, la musique ou les chants :
Les tambours chamaniques, la guimbarde, le didgeridoo, les chants primitifs, les mantras, les 6 sons de guérisons du taôisme qui permettent d’harmoniser les organes vitaux …
Déjà, dans la mythologie grecque, Apollon est à la fois Dieu de la musique et de la médecine !
Qu’est ce que le son ?
Le son est une onde mécanique, autrement dit, une vibration.
Cette vibration se propage dans l’espace un peu à la manière d’une vague, comme lorsqu’on jette un caillou à la surface de l’eau pour faire des ricochets.
Le son a 3 caractéristiques :
- Une fréquence
- Une longueur d’onde
- -une intensité

La fréquence, c’est le nombre de vibrations de cette onde par seconde, elle se mesure en Hz. Si elle est basse, le son est grave, si elle est haute, le son est aigu. L’oreille humaine perçoit les fréquences entre 20 Hz (grave) et 18000Hz (aigu).

La longueur d’onde, c’est la durée pendant laquelle le milieu où circule le son est perturbé par la vibration.

L’intensité, qui se mesure en décibels, c’est l’amplitude de la vibration. Plus elle est importante, plus le son est fort.
Il faut savoir que le son ne circule pas dans le vide, il a besoin d’un milieu élastique, c'est-à-dire compressible, afin d’être conduit. Ce milieu peut être un gaz, un solide ou un liquide.
Lorsque je vous parle, j’exerce une pression avec mes cordes vocales sur l’air qui nous entoure. Cette compression crée une vibration que l’oreille recueille et transforme en impulsions électriques grâce aux cellules nerveuses, impulsion qui est perçue et interprétée en son par le cerveau.
Le son circule dans l’air à la vitesse d’environ 330m/s, soit 1km en 3 secondes.

Les vibrations sonores passent donc par nos oreilles, mais pas seulement ! Elles sont aussi perçues par l’ensemble de notre corps.
Lorsqu’on fait un audiogramme pour diagnostiquer la qualité de l’audition, on teste l’audition par le système auditif de l’oreille mais aussi celle par la conduction des os du crâne.
Avez-vous déjà fait l’expérience de vous immerger totalement, oreilles comprises et d’écouter de la musique émise dans l’eau ? Il est étonnant de constater comme nous entendons de façon claire, même en se bouchant les oreilles !
Comment ? Pourquoi ?
Une onde sonore circule presque 5 fois plus vite dans l’eau que dans l’air.
Par exemple, dans l’eau de mer, la vitesse de propagation du son est aux alentours de 1500m/s.
Parce qu’il est composé à plus de 70% d’eau pour un adulte, imaginez comme la vibration sonore circule dans notre océan intérieur, et quelle information vibratoire notre corps accueille quand nos oreilles ne perçoivent qu’un son !!

Si vous cultivez la conscience du corps, il est fort probable que vous soyez informé bien avant vos oreilles !
Dans les 70 à 80% d’eau qu’il contient, il y a tous nos milieux liquides : sang, lymphe, urine, liquide encéphalo-rachidien…jusqu’au cytoplasme, ce milieu aqueux où baignent le noyau de nos cellules.
Les vibrations sonores circulent donc en nous, jusqu’à l’intérieur de nos cellules !!!
En réalité, notre organisme est un véritable orchestre à lui tout seul et aussi une magnifique caisse de résonnance : battements de coeur, ondes cérébrales, respiration des poumons, vitesse de la circulation sanguine, ondes électriques du système nerveux…
Lorsque tout cela vibre à l’unisson, c’est l’équilibre parfait !
Si les rythmes extérieurs sont trop rapides, trop agressifs, les interprètes de notre orchestre interne sont perturbés. Ils essayent de « s’adapter » en « suivant le mouvement ».
A l’inverse, si les rythmes et les fréquences entre en résonnance avec nos rythmes biologiques, alors l’harmonie règne.
Toutes les cellules de notre corps vibrent à une certaine fréquence.
Notre organisme serait fait de plusieurs milliards de vibrations plus ou moins lentes, rapides, amples, intenses… et la santé, le résultat d’une cohérence globale de toutes ces fréquences, à l’image d’un orchestre jouant à l’unisson.
Qu’est ce que le phénomène de résonnance ?
Un objet peut se mettre à résonner, à vibrer, quand il est touché par un son qui est en accord avec lui.
Par exemple, lorsqu’on frappe une corde de piano, d’autres cordes se mettent à vibrer, ou lorsque les vitres vibrent au passage d’un avion, ou encore lorsqu’en voiture, à un certain moment en augmentant la vitesse, un objet se met en vibration et produit un son… Tout ceci sont des phénomènes de résonnance.
Ce qui est vrai pour les cordes de piano, l’est également pour le corps. Les tissus, les organes, les cellules, le cerveau se mettent à vibrer lorsqu’ils sont touchés par des sons dont la fréquence est en accord avec eux.
Peut-être commencez-vous à entrevoir quels bienfaits l’utilisation de sons adaptés peuvent devenir intéressants à utiliser en ouverture d une séance de réflexologie ?
Intéressons-nous quelques instants aux ondes cérébrales.
Notre cerveau est constitué de neurones qui échangent des informations en permanence, créant ainsi des courants électriques faibles, appelés « ondes cérébrales » que l’on peut mesurer grâce à un encéphalogramme.
Le rythme de ces ondes cérébrales varie en fonction de notre activité : éveil, apprentissage, relaxation, sommeil léger ou profond…
Les différents types d’ondes cérébrales sont mesurées en cycles/s et sont classées et représentées par des lettres de l’alphabet grec : alpha, bêta, thêta et delta.
Le rythme Beta
C’est le cycle de plein éveil, lorsque nous avons les yeux ouverts, que nous agissons. Il correspond à des fréquences supérieurs à 12Hz (en général, toujours < à 45Hz). Il est plus ou moins important en fonction de l’activité et de l’état de stress.
Le rythme alpha
Il apparaît lorsque nous avons les yeux fermés, que nous prenons une position confortable, allongé par exemple. Les ondes cérébrales ralentissent et notre cerveau fonctionne sur des fréquences comprises entre 8.5 et 12Hz.
Les ondes alpha caractérisent un état de conscience apaisé et de relaxation profonde, tout en restant conscient de l’environnement et en pouvant penser.
A ce rythme-là, les 2 hémisphères du cerveau fonctionnent en harmonie parfaite.
Le rythme théta
Il apparaît lorsque l’activité cérébrale ralentit encore et que nous arrivons dans une zone qui oscille entre 4.5 et 8Hz.
Ce rythme correspond à la phase de sommeil léger, à certains états de somnolence, d’hypnose ou de méditation profonde.
Le rythme Delta
Le dernier dans le cycle de fonctionnement de notre cerveau, il correspond à la zone de l’inconscient, le sommeil très profond, aux alentours de 4 cycles/s En deçà, nous sommes dans le coma.

Vous est-il déjà arrivé de recevoir un consultant pour une séance, stressé d’avoir couru pour arriver à l’heure, ou parce qu’il a cherché une place pendant 20mn, anxieux, ressassant les heures ou les jours qui ont précédés, cogitant sur tout ce qu’il a encore à faire par la suite, ou simplement des personnes ayant du mal à se détendre ?
Quelle frustration quand, à la fin de la séance, dans les dernières minutes du soin, on sent enfin le relâchement qui aurait pu être si bénéfique en début pour profiter pleinement du travail effectué !

Formée en sonothérapie et notamment aux bols de cristal, j’utilise souvent mes bols en ouverture de séance.
Bienfaits et utilisation des bols de cristal
Les bols chantants en cristal ne sont pas accordés comme la plupart des instruments de musique, ils ont des propriétés acoustiques très spécifiques, ils vibrent naturellement et entrent facilement en résonance avec le vivant.
Les harmoniques naturelles d’une note sont données par la fréquence multiple de la fondamentale, c'est-à-dire que si, par exemple, on appuie sur la touche Do de notre piano, on va entendre, outre le Do, mais aussi ses harmoniques, les notes qui vibrent en résonnance, le Do de l’octave supérieure, un sol, un mi…
La particularité des bols de cristal vient du fait qu’ils sont quasiment sans harmoniques, en d’autres termes, la fondamentale est d’une intensité et d’une pureté peu commune.
Les bols vibrent à des fréquences sonores qui agissent sur l’ensemble de notre corps, quelque chose de l’ordre du subtil qui joue sur les taux d’hormones, diminue le taux de cortisol (lié au stress) et stimule celui de la mélatonine (lié à la détente) et qui permettent notamment au cerveau de résonner rapidement en ondes alpha.
En quelques minutes, les fréquences sonores des bols, leur son spiralé et multidimensionnel, leur résonnance avec notre corps qu’elles enveloppent, amènent à une relaxation profonde, ralentissent le rythme cardiaque et la pression artérielle, permettant d’accéder rapidement à un état de lâcher prise tant physique que mental et d’apporter une meilleure réceptivité à la séance prodiguée, quelle qu’elle soit, réflexologie plantaire ou autre…
Ils s’utilisent comme les bols tibétains, en son frappé ou en son chanté. On peut utiliser le maillet en suédine ou la mailloche en caoutchouc.
Le bol est posé sur une petite rondelle en caoutchouc, on frappe le bol avec le maillet, avec un geste souple en forme de cuillère, puis on frotte le bâton contre le rebord externe du bol avec régularité.
A mesure que le mouvement se prolonge, le son s’intensifie. Avec un peu de pratique, on apprend à « suivre » le son.
L’utilisation des bols permet d’accompagner de façon efficiente toute séance à visée thérapeutique.
La sonothérapie est également utilisée pour traiter les troubles du sommeil et de la concentration, elle a déjà fait ses preuves dans des services d’éveil de coma, en psychiatrie, auprès d’enfants autistes, chez des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer…
Utilisée aussi beaucoup en accompagnement de méditation, les bols chantants, chez les personnes réceptives, peuvent ouvrir à une sensation d’être relié à un « grand tout », la thérapie par le son agissant tel un diapason qui nous synchronise avec notre nature véritable.

« L’unité de l’âme de l’univers réside dans une concordance musicale, l’harmonieuse combinaison de sons nous fait prendre conscience de notre propre unité, de l’ordre intérieur qui nous régit.
La musique permet à l’âme humaine de se mettre dans un rapport harmonieux avec l’âme de l’univers. »

La Boèce, philosophe du XIIème siècle,

 

Rédigé par Frédérique Roussel
Praticienne en Réflexologie Zu Dan
Promotion 2017

 

 

Sources :
Massages et vibrations sonores. N. Lespinasse (professeur de yoga, diplômé de massages sonores)
Cristal’académie. M. et P. Lacombe (sonothérapeuthes)
Physique et perception du son. A.Boudet (Dr en sciences physiques, enseignant, thérapeute)
Résonnances corporelles des sons A.Boudet
Cristal ‘sons
Harmonisation par les sons E. Comte (sonologue)
Jokat Pandora

Ce sont les céphalées ou maux de tête qui caractérisent la sinusite sphénoïdale. Elle se démarque par des douleurs est rebelles, prédominantes la nuit. Le malade ressent des irradiations aux tempes, à la nuque, en arrière du cou et en arrière des yeux. Des écoulements du nez sont souvent présents. On peut aussi observer des troubles de la vision. Le malade est fiévreux dans la forme aigüe de la maladie. Des fois une paralysie des nerfs crâniens existe. Son mal de tête lui fait l’effet d’un casque. La douleur irradie vers ses orbites et sa nuque.

Un abcès du sphénoïde se caractérise par la sévérité des maux de tête, rebelles, entravant toute activité. Pour la sinusite sphénoïdale latente, les signes sont variés allant de signes ophtalmologiques à une douleur des nerfs de la face ou à des sensations de fourmillements au sommet du crâne..
Cas Clinique d'accompagnement de Sinusite Sphénoïdale en Réflexologie Plantaire
Voici ce qui est arrivé à ma cousine Aurélie. Ses symptômes ont commencé en Juillet 2016.
Sans s'inquiéter plus, elle prenait des antalgiques, et avait consulter son médecin généraliste plusieurs fois, sans que celui-ci ne lui prescrive d'examens complémentaires !
Un jour de Janvier 2017, la douleur dans la nuit était si forte qu'elle fit appel à SOS médecin. Celui-ci lui prescrivit un scanner cérébral.
Le diagnostic a été sans appel : sinusite sphénoïdale au niveau maximum avant opération !

Mais avant d'en arriver à cette extrémité, le médecin lui a prescrit un traitement de choc :
– antibiothérapie durant 3 mois et
– inhalation de cortisone à l'aide d'un masque, matin et soir !

Au vu de ce traitement, Aurélie, qui ne pratique aucune médecines douces, décide de me demander des soins en réflexologie, afin d'éviter (si possible) une intervention lourde, risquée, et douloureuse.
Nous avons commencé les séances le 23 Février 2017 à raison d'une séance/semaine pendant 5 semaines. J'ai pratiqué toutes les séances avec des huiles essentielles, eucalyptus mentholé, lavandin et un mélange pour les défenses immunitaires.
1er séance :
Aurélie est arrivée avec un très fort mal de crâne ainsi qu'au niveau des sinus de la face, mal au dos avec douleurs irradiantes sous l'omoplate, et narine bouchée, tout ceci du côté gauche.
J'ai orienté le traitement réflexologique de la manière suivante :
Diaphragme/plexus, système respiratoire+++, système endocrinien, CV et para-vertébraux, méta.muscles lisses, et système urinaire.
Réaction aux protocoles : très grande relaxation, arrêt des maux de tête et narine débouchée...
2eme séance :
Aurélie est très fatiguée, et a été fatiguée après la dernière séance. Elle a beaucoup moins mal à la tête, mais a des névralgies au niveau de l’œil gauche. Son moral est bas.
Orientation du traitement :
Diaphragme/plexus, valvule iléo-cæcale+++ (pour les sinusites chroniques), système digestif, système nerveux, ZR sinus+++, système urinaire.
Réactions aux protocoles : séance très très douloureuse et crispante (aussi bien physique, qu'émotionnelle).
Elle passe un scanner de contrôle le 8 mars 2017.
3eme séance :
Aurélie arrive avec ses résultats de scanner cérébral, très heureuse et surtout soulagée ! En effet le scanner indique une diminution de l'obstruction des sinus sphénoïdes de plus de 60% !!! Ce qui n'a pas manqué de surprendre son médecin, qui n'a pas compris cette soudaine « guérison »...
Son moral était meilleur, elle n'avait pratiquement plus aucune douleurs à la tête, sauf à l’œil gauche dû à un relâchement du nerf optique. Ses traits étaient moins tirés, elle dormait mieux, vivait beaucoup moins de stress, et aller marcher au moins 1h/jour, et tout ceci sans fumer ! Un véritable exploit pour elle, qui ne faisait rien de tout ça avant !!!
Orientation du traitement :
Valvule IC, IG, Foie, VB, système respiratoire, endocrinien, yeux chroniques, méta.muscles lisses.
Réactions : tous les points au niveau des yeux ont été très douloureux, la séance a été très forte émotionnellement, lors de mon passage sur la ZR des poumons.
Les 2 dernières séances ont été orientées sur ses yeux plus particulièrement, étant donné que sa sinusite sphénoïde avait pratiquement disparue.

Depuis ces séances, elle a changé ses comportements, ainsi que sa façon d'appréhender sa vie (avec plus de douceur).

La réflexologie lui a permis de prendre conscience de son corps, et d'en être plus à l'écoute.

Rédigé par PERRANDO Julie
Praticienne en Réflexologie plantaire ZU DAN
Promotion 2017

468 Bd du Bosquet, le plan du Castellet
83330 le Castellet
Tel. 06 99 08 28 30
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Institut Terres des Phénix

Pour nous contacter :


CAMPUS DES ALPES MARITIMES
111, Chemin du Val Fleuri
06 800 CAGNES SUR MER

Véronique LORENZONI

TEL : 06 15 64 51 50


CAMPUS DU VAR
138, rue du Stade
83140 SIX FOURS LES PLAGES

Eloïse MERCIER

TEL : 06 66 26 48 84

  • Default
  • Title
  • Date
  • Random

Pour nous contacter :


CAMPUS DES ALPES MARITIMES
111, Chemin du Val Fleuri
06 800 CAGNES SUR MER

Véronique LORENZONI

TEL : 06 15 64 51 50


CAMPUS DU VAR
138, rue du Stade
83140 SIX FOURS LES PLAGES

Eloïse MERCIER

TEL : 06 66 26 48 84

institut formation reflexologie plantaire coul

Abonnement à nos actualités.

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire